Abalo Péchélibia : « Libérer Kpatcha va affaiblir le pouvoir de Faure »

0

 « Mieux vaut l’injustice au désordre » l’adage du président ivoirien Félix Houpheit Boigny est une leçon qu’on apprend à chaque homme de loi Togolais qui  doit exercer pour le compte de l’Etat. Entendre par « désordre » dans le jardin des juges togolais, le fait de dire le droit. Libérer Kpatcha à leurs yeux revient à  dire, laisser le tout  Kozah en liesse générale et faire des morts dans la ripaille qui viendra accueillir leur champion injustement emprisonné depuis plus de 2 années.

 Et au Togo, l’iconoclaste  Abalao Péchélibia a déjà fait ses preuves par le passé en piétinant du haut de ses sabots le droit et ne va pas aussi se faire prier. Il s’agit ici d’affaiblir le député afin qu’il ne renaisse plus jamais de ses cendres d’homme politique. Nos sources sont claires et limpides comme l’eau de roche. Le président de la Cour s’apprête à envoyer le député Kpatcha Gnassingbé et plusieurs co-accusés de nouveau au gnouf. Et cette fois-ci à la prison civile de Lomé. Nous insistons sur la ville parce que l’amener au nord pourrait être fatale pour Faure.  De sources concordantes proches du juge Abalo Péchélibia et recoupées par le Lynx, tout avait été empaqueté, vicié et bétonné avant que Faure et comparses n’ouvrent les portes du palais de justice de Lomé pour un procès. La source indique que le juriste français Charles Debasch a apporté sa touche en expliquant en amont comme en aval ce que signifierait un échec de Faure si Kpatcha venait à être un homme libre. Ainsi donc, la stratégie adoptée et qui stipule de faire un semblant de justice serait entrain de réussir au putschiste de 2005. La source va plus loin en insistant sur l’arrogance du général  Atcha Titikpina et du commandant Félix Kadanga devant le juge.  « Une vraie ballade comme procès » écrit un Lynxionaute à notre rédaction. Plus loin, il se raconte que  le président Faure aurait envoyé plusieurs fois des intermédiaires avertir le juge Abalo Péchélibia des dégats collatéraux si l’Etat devrait sortir vaincu dans ce procès. C’est dans ce soucis que le Lynx a fait les pieds et les mains pour arracher quelques mots de la bouche d’un cacique du RPT qui a voulu rester dans l’anonymat  : «  Je préfère rester dans l’anonymat. Mais cher journaliste, dans quel pays un individu a jamais eu raison d’un Etat. Ici c’est l’Etat togolais contre un individu. Vous voulez quoi au juste vous les journalistes ? Qu’on vous dise que Kpatcha sera libéré? Même en Europe on ne libère pas ceux qui veulent tuer le président ».

Joint au téléphone un universitaire résume le film : « Ils vont condamner Kpatcha ». Quand le Lynx a fait remarquer à un juge proche de Péchélibia que la procédure et  l’atteinte de coup d’Etat souffraient d’entorse au droit, ce dernier a été on ne peut plus clair : «  Libérer Kpatcha signifierai affaiblir le pouvoir de Faure a beoin actuelement d’être soutenu ».  Pour tous ceux qui croient encore que le pouvoir de Faure serait un monument au pied d’argile, ce dernier vous salue et vous remercie de votre soutien pour le troisième mandat, pour sa victoire éclatante en 2015. Avis à l’opposition !

Taffa Biassi Lynx.info

Laisser une réponse