100.000 Burkinabè contre la révision de la constitution et scandent : « Compaoré notre ébola »

0

Sur les pancartes brandies par des manifestants, l’on pouvait lire : « non au référendum, non à la modification de l’article 37, non au pouvoir à vie, Compaoré dégage, Compaoré notre ébola », faisant allusion à l’épidémie mortelle qui sévit en Afrique de l’Ouest notamment au Libéria, Guinée Conakry, Nigéria et Sierra-Leone.

Au moins 100.000 manifestants à une marche de l’opposition politique burkinabè, étaient massés samedi à environ 3 Km de la résidence présidentielle, se disant « contre un référendum » pour modifier l’article 37 de la constitution du pays devant permettre à Blaise Compaoré un troisième mandat en 2015.
Des manifestants contre la révision de la constitution, samedi  à Ouagadougou

« Cette mobilisation gigantesque, historique est un message fort » au président Compaoré, a déclaré le leader de l’opposition, Zéphirin Diabré, se réjouissant que leur marche, sur un itinéraire d’environ huit kilomètres, se soit « déroulée dans le calme, sans violence », a constaté un journaliste de ALERTE INFO.

M. Diabré, président de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), a invité les militants de l’opposition à « rester mobilisés et à l’écoute des mots d’ordre à venir », laissant la foule en liesse et dans l’euphorie.

Sur les pancartes brandies par des manifestants, l’on pouvait lire : « non au référendum, non à la modification de l’article 37, non au pouvoir à vie, Compaoré dégage, Compaoré notre ébola », faisant allusion à l’épidémie mortelle qui sévit en Afrique de l’Ouest notamment au Libéria, Guinée Conakry, Nigéria et Sierra-Leone.

Des mouvements de jeunes, notamment « le Balai citoyen (Cibal), Brassard noir (MBN), le Collectif anti-référendum (Car), Ca suffit, le Front de Résistance Citoyenne (FRC), se réclamant « républicains », ainsi que des manifestants venus de l’intérieur du pays, ont participé à la marche de l’opposition.

En marge de cette marche meeting, plus de 2.000 femmes du parti au pouvoir, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), réunies à la Maison du peuple de Ouagadougou, au centre-ville, réaffirmaient leur « soutien au président Blaise, homme de paix », estiment-elles.

Selon l’article 37 de la constitution, Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987, ne devrait pas se présenter en 2015 pour un troisième mandat. Mais la coalition des « 49 partis politiques », le Front républicain, acquis à sa cause, souhaite un référendum pour déverrouiller la clause limitative de mandats présidentiels.

M. Compaoré ne s’est lui-même pas officiellement prononcé sur sa candidature sa candidature à l’élection présidentielle de 2015.

ZHA

Alerte-info.net

Laisser une réponse