Que Faure Gnassingbé se laisse baptiser où introniser par le frère maçon Denis Sassou Nguesso sous le regard hilare des Togolais à Kara, c’est tant pis pour l’Eglise catholique ! Pourvu que les billets craquants prennent d’assaut les poches de lugubres prêtres devenus de véritables prébendiers, des plaies béantes de la cité. Que Faure Gnassingbé nage dans des flaques de sang c’est un non évènement. Pour nous, prêtres catholiques du Togo, circulez, c’est notre homme. Au Togo, Eglise catholique et Forces Armées Togolaises (FAT) jouent depuis plus de cinquante ans une pièce shakespearienne ou les rôles sont toujours mal partagés. D’un côté un peuple fatigué appelé à la fermer et de l’autre une famille régnante appelé à mieux tordre le cou à toute contestation. L’église Catholique, cette institution qui défraie la chronique au Togo n’en fini pas de nous saouler avec ses accointances dangereuses avec la dictature. Feu Andoch Bonin Nutépé dans son livre « Le Tirailleur tire ailleurs » à beau avertir de la dangerosité des hommes de Dieu au Togo, Patatras ! Tout semble être un air du déjà-vu. Les missi dominici de Dieu près des Togolais sont devenus des seconds couteaux de la dictature avec effet immédiat sur les citoyens. Ici, il faut le marteler haut et « Faure ». Tant que la dictature aura assez d’argent pour servir les prêtres ou mieux les hommes en soutane, à leur tour ils desserviront les Togolais pour leur mentor. A quel siècle vivons-nous pour que, l’ordination d’un prêtre devienne une affaire d’Etat, où tout un gouvernement avec armes, cymbales et attribut de l’Etat se déplacent avec l’argent du contribuable? Que veut bien dire cette pagaille organisée sur fond d’une amitié politico-religieux belliqueux, dangereux voire honteux? Pourquoi les « Imans » ne bénéficient-ils pas du même avantage ? Pourquoi nos « chefs traditionnels » qui détiennent nos rites ancestraux sont-ils mis au banc des sous hommes ? Pourquoi nos chefs « Voodoo » sont si ignorés là où, on magnifie des prêtres catholiques depuis devenus de véritables godillots à la botte de la tyrannie ? À ces questions, les Togolais sont unanimes : « Les prêtres Togolais, c’est le terreau fertile, les guides voire les cerveaux de la dictature ». Aux élections de 2010, ils furent les premiers à montrer aux soudards de Faure Gnassingbé où l’opposition avait caché son matériel informatique à la Césal. Ce lieu où Jean-Pierre Fabre et compagnie avaient une fois encore failli en confiant le destin de toute la nation aux hommes de Dieu. Résultat, les prêtres catholiques montreront en chœur où se cachait la petite bête qui chassera la dictature si la vérité devrait être dite par les ordinateurs. Que nous soyons en Amérique Latine ou au Rwanda, leur rôle dans la destruction du faible et du pauvre au profit de la dictature n’est plus à démontrer. Sans leur aide, Pinochet n’aurait pas aussi duré au pouvoir au Chili. Sans leur aide, Adolphe Hitler n’aurait pas pu infiltrer le Vatican et aidé son allié Mussolini à mater les communistes. Depuis, le rapport qu’il sortait des décombres toutes les fois qu’il y a élections au Togo est devenue une rareté. Mieux, ils se veulent même désormais propres. Ainsi, pour les élections de 2015 capteés encore par leur éternel favori, l’institution c’est lavée les mains comme Ponce Pilate. Trop tard, les Togolais savent déjà ceux qui tissent la toile et du haut de toute leur force protègent cette dictature .

Pour l’heure, c’est le père Célestin-Marie Gaoua né à Wahala qui se moque de son petit monde du haut de sa soutane. Et comme pour amuser la galerie, le site de la propagande www.republicoftogo.com ne se fait même plus violence pour cacher l’ignominie : « Outre le chef de l'Etat, étaient présents à la messe le Premier ministre, le président de l'Assemblée nationale et des membres du gouvernement » écrit le journaliste. Tout ça pour ça ? Dieu ne demandait pas tant ! Il y comme si l’histoire se répète. Pour pousser la Pologne dans le giron capitaliste, il fallait blanchir l’argent pour la lutte. Ainsi, la CIA avait bien utilisé les banques vaticanes pour faire écouler les millions de dollars vers la Pologne. Avec bien sûr, l’aval ou mieux le tampon du pape Jean Paul II. Ce dernier depuis béatifié comme Saint des Saints. Ambiance !

Camus Ali Lynx.info

{fcomment}