De mémoire de Togolais, notre équipe nationale n’a jamais rien gagné. Ni coupe d’Afrique, ni coup du monde, ni jeux olympiques...rien. Mais cela peut arriver ; c’est la loi du sport. Ce qui par contre est extrêmement bizarre, c’est qu’après chaque défaite on change d’entraineur, et on fait de ce changement une affaire d’Etat !

Nous voici repartis pour une coupe du monde de foot ! Pendant un mois, de fières équipes vont défendre les couleurs de leur pays au Brésil. Pendant ce temps, au Togo, on poursuit allégrement le triste feuilleton de la désignation d’un entraineur national. Même la Primature s’en mêle maintenant.

Comme si Ahoumey-Zunu qui n’est pas fichu de faire aboutir un dialogue politique national, connaissait quelque chose à la règle du hors-jeu ou du coup-franc indirect ! Entre Didier Six, Hubert Vélud, Tom Saintfiet, Tchanilé Tchakala ou encore Jean-Paul Abalo Dosseh la valse des noms n’en finit plus.

Et d’obscures tractations devant aboutir à la désignation d’un entraineur pour les Eperviers nous font redouter le pire! Pourtant, s’il y a une constante dans la vie de la nation togolaise, c’est bien la répétition sans cesse des mêmes causes qui conduisent aux mêmes effets. Les mêmes recettes qui conduisent aux mêmes désastres. On dirait que Sarkozy pensait aux dirigeants Togolais quand il parlait du paysan africain dans son discours de Dakar !

De mémoire de Togolais, notre équipe nationale n’a jamais rien gagné. Ni coupe d’Afrique, ni coup du monde, ni jeux olympiques...rien. Mais cela peut arriver ; c’est la loi du sport. Ce qui par contre est extrêmement bizarre, c’est qu’après chaque défaite on change d’entraineur, et on fait de ce changement une affaire d’Etat ! Et pourtant, nous savons tous pertinemment que le nouvel entraineur ramènera exactement les mêmes résultats que l’ancien; c’est à dire zéro ! Comment pourrait-il en être autrement avec une Fédération Togolaise de Football gangrénée par une véritable mafia et des structures complètement pourries ?

Le championnat national est moribond, les stades délabrés, les écoles de foot inexistantes ; et malgré ça, on veut avoir une équipe nationale. Au lieu de se livrer à un spectacle affligeant de vraies-fausses nominations d’entraineurs venus des quatre coins du monde et ayant une réputation plus que douteuse, pourquoi ne pas tirer les leçons de nos échecs successifs et accorder pour une fois une véritable chance à un jeune talent Togolais qu’on enverrait en formation dans une véritable école d’entraineur et à qui on donnerait suffisamment du temps (au moins 10 ans !) et des moyens pour qu’il puisse construire une équipe de foot digne de ce nom. Cela aurait le mérite non seulement de construire dans la durée, mais également de ne pas jeter de l’argent par les fenêtres en payant à prix d’or des entraineurs médiocres venus d’Europe ou d’ailleurs! Le Ghana l’a fait. Pourquoi pas le Togo ? A quand le Stephen Keshi ou le Kwesi Appiah Togolais ?

Gaëtan ZOUMARO

CRI-TD (Hollande)