Le parlement Kenya vient de voter le retrait de leur pays de la CPI !

 

Trop c’est trop ! Il fallait qu’un pays noir tape du point sur la table pour dire non ! Et c’est désormais fait du côté de l’est du continent. Ironie du sort, c'est le pays où serait originaire Barack Obama, l’homme le plus fort de la planète dont le pays à d’abord donné son accord pour être membre de la CPI avant de se retirer quand les plans de Georges Bush étaient fins près pour éparpiller les guerres dans le monde. Et Oui c’est fait ! Le Kenya quitte ce que l’humoriste ivoirien Adama Dahico appelle la  Cour des Preuves Insuffisantes (CPI). Quelle est cette cour où on ne juge que les Noirs?

À la CPI, on joue avec les pieds et les mains !

Embarrassé et avec la peur au ventre  qu'une avalanche de pays dise adieu à une cour aux ordres de l'Occidentl, les ouailles de la Haye se veulent menaçants à la limite d’un chantage.

Son porte-parole Fadi el-Abdallah peut vociférer à nous casser les tympans que, ce retrait ne prendra effet que 12 mois après sa notification au Secrétaire général de l’ONU. «Un retrait ne peut prendre effet qu’un an après le dépôt auprès du secrétaire général de l’Organisation des nations unies, et ce retrait ne peut pas avoir d’influence sur les poursuites ou les enquêtes déjà en cours. ». Que valent douze mois quand un pays vous quitte pour l’éternité sommes-nous en droit de répondre ?

Des sources diplomatiques affirment à Addis - Abeba que de nombreux autres États africains, s’apprêtaient à suivre l’exemple du Kenya. Vivement que  se déluge de divorces entre la CPI et les pays africains se fasse dans les brefs délais !

Camus Ali Lynx.info