Jean Degli : Il veut stopper l'avancée du FRAC

 

Partout où Jean Yaovi Dégli passe, il y laisse aussi des traces, des plumes. Et combien de fois a t-il joué l'agent double pour la lutte sans qu'on ne décèle à temps ce qu'il faisait ? Avec Joseph Koffigoh le mariage s'est terminé à queue de poisson. En exil au Ghana, c'est bien lui qui a divisé les hommes du lieutenant Vincent Tokafai comme du capitaine Christian Kanakatom. Résultat, quand ils attaquent dans la nuit du 25 janvier 1994 le général Eyadema, le capitaine Kanakatom après s'être rendu compte du jeu trouble de l'avocat ne viendra jamais avec la cassette qu'on devrait prononcer la chute du dictateur à la TVT. Tous ceux qui ont vu Jean Degli jouer aux guérioros dans l'habit de traître de la lutte ne vont jamais le lui pardonner. Dans son livre, La Tragédie Africaine, l'homme falsifie l'attaque et glisse à la hussarde que Vincent Tokafai avait bien fouillé la chambre à coucher d’Eyadema sans pourtant dire son rôle trouble dans l'échec du commando. S’en suit son départ précipité vers la France où il raconte qu'il fallait de peu que Charles Pasqua alors ministre de l'intérieur lui remette aux zébrures rouges d'Eyadema. L'homme va travailler désormais dans le sens de ce qu'il connait : le droit. Il ouvre un cabinet et s'inscrit au barreau de Paris. La finalité est tout aussi désastreuse que son début dans la lutte. Les Nations-Unies barrent la route à l'homme et le radie de l’institution. Jean Dégli aurait avec le concours de Mme Sylvia Olympio dilapidé des sommes ou mieux c'est Mme Sylvia Olympio qui n'avait pas le titre d'avocat qui va lui foutre sa carrière en l'air. Ainsi, sur plus de 380 000 dollars versés sur le compte, parfois sur production de fausses factures, Mme Olympio n’aurait perçu que 80 000 dollars et les 300 000 dollars seraient allés à l'épouse de Me DEGLI. Ces révélations n’ont été possibles que grâce aux enquêtes de la direction du BESCI, (Bureau du service de contrôle interne des Nations Unies) et surtout grâce à Mme Sylvia Olympio qui s'est auto dénoncée.

C'est le temps de retourner à l'école. Jean se retrouve aux Etats-Unis et prépare sa thèse de doctorat et rejoint de nouveau à la faveur de la mort d'Eyadema le Togo. Depuis, c'est dans un nouveau rôle ambiguë et très bancal qu'il veut relancer la lutte. Mais à l'international l'homme n'a plus de crédit, il est dans le viseur de l'ONU. On se rappelle de Aloys Mutabingwa à son endroit : «Le Représentant du Rwanda auprès du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) a demandé qu’une procédure judiciaire soit engagée contre l’avocat togolais en vue du recouvrement des 300 000 dollars. " Nous prenons acte du fait que parmi les mesures prises, figure son retrait de la liste du tribunal. C’est une mesure importante mais elle n’est pas suffisante. Il faudrait aller plus loin et traduire le concerné devant une cour criminelle " car " C’est de l’argent des Nations Unies ». Au niveau national, il peut encore compter sur son carnet d'adresses et surtout sur une dictature ubuesque en quête de nouveaux héros, de nouveaux apparachiks pour servir de béquilles.

Le Front Sage et ses fondateurs clandestins

Des recoupements du Lynx, il ressort que le national Agbeyomé Kodjo ne serait pas loin de la manœuvre. Il y a des vétérans comme Koffigoh, des avocats mondains et surtout Pascal Bodjona. Le dernier, à lui tout seul, a déjà ramené Gilchrist à la maison et fait courir à sa guise Kofi Yamgnane de Sursaut pour une histoire de pièces de naissance. Il sable, par avions interposés, du champagne avec le Pr Gnininvi, les mots sont de Hilaire Dossouvi, un des témoins du 5 octobre 1990. Aussi, Bodjona, c'est le big XXXL à tout faire. Toutes les histoires lui collent aux talonnettes au point qu'aucun juge ne s'intéresserait plus à son cas. En phagocytant Jean Dégli, personne dans l'opposition ne devrait normalement être surpris. On a vu l'avocat organiser des conférences en parfaite synergie avec Gilbert Bawara, l’autre alter ego de Faure Gnassingbé à Lomé. Et dans quelle République on aurait donné une belle place à celui qu'on décrit dans le milieu proche du RPT comme un terroriste en habit noir? Dans le grand cabinet d’avocat de Me Martial Akakpo où tous les légionnaires s'inscrivent pour gagner leur petit pain, Jean Dégli ne s'est fait pas prier. Monsieur a bien laissé femme et enfants en France et s'est jeté dans la marre aux crocodiles togolais. Il faut bien que l’argent quitte Lomé vers Paris. Mais comment?

Les vieilles récettes

Tout ce dont, il peut être fier est d'avoir pu dans sa vie d'opposant été très calculateur. Jean Dégli ne va pas au terrain pour haranguer les foules. Alors, il a préféré son terrain, les conférences. On se rappelle, de son rôle au COD II, à la conférence Nationale souveraine, avec Koffigoh comme ministre. Dans cette même ligne, quand il rentre s'installer à Lomé, il est plus utile pour le RPT qu'il n'en est pour l'opposition. Le reste n'est autre que formalité....

Croisements dangereux

Dans le petit monde des Francs-maçons Togolais tout se lie et se délie comme dans un drame Shakespearien. Les opposants sont aussi des illuminés de petites pratiques fait de bougies, de sang et de rites maçonniques au même titre que les hommes du pouvoir qu'ils prétendent affronter. Entre Faure, Kofi  Yamgnane, Agbeyomé Kodjo  Jean Dégli ou Pascal Bodjona, rien au fait ne les désunis, bien au contraire. Ils sont scellés par ce pacte légendaire des Frères : " Un pour tous et Tous pour Un". Jean-Yaovi Dégli de retour au Togo, a bien eu cette idée de retarder la progression du FRAC par une création d'un mouvement sans tête ni queue, qu'il voudrait  faire greffer à son compte et au profit d'un groupe tapis dans l'ombre qui a commencé par installer ses propres hommes sur la côte ouest africaine. La Franc-maçonnerie est entrain de laminer  la côte africaine par des hommes aux comportements douteux et aux airs de prédateurs des richesses du continent. En annoncant tambours battants et klaxons brouillants sa marche pour le 16 avril 2011 et avec pour départ le quartier Bè où le FRAC a depuis installé son point de départ pour ses marches, toute l'opposition venait de comprendre et Jean-Pierre Fabre en premier en disant je me fis de la politique de Zorro. Vivement que Jean Dégli comprenne qu'il ne rend aucun service aux Togolais si ce n'est de voire sa petite poche être un peu gonflée de ces billets que tout le monde appelle : L'argent des Togolais.

Djima Matapari Lynx.info