Je pense qu'il faudra du temps pour que le rapprochement géopolitique entre la France et la Russie

Les attentats de Paris, l'attaque turque contre un avion militaire russe, les démarches diplomatiques entreprises par la France pour former une coalition contre Daech et la place de Berlin dans cette coalition sont autant de sujets évoqués par Sputnik dans ses entretiens avec des analystes politiques français.

Face à ses contradictions en matière de politique extérieure, le président François Hollande est obligé de faire le choix géopolitique, estime Thomas Flichy de la Neuville, historien et membre du Centre Roland Mousnier à l'Université de Paris IV — Sorbonne, interrogé par l'agence Sputnik.

Selon lui, le chef de l'Etat français est obligé d'infléchir sa position afin de la rendre plus réaliste vis-à-vis du Moyen-Orient. Cette inflexion signifie "entamer un dialogue constructif avec la Russie, avec l'Iran et avec la Syrie".

"Je pense que vis-à-vis de la Russie, avec laquelle les relations n'étaient pas bonnes jusqu'à très récemment, il y a une marche de progression très importante. Déjà, des mesures de coordination ont été prises entre la France et la Russie dans les produits techniques pour les frappes aériennes au Moyen-Orient. On peut penser que la visite de François Hollande à Moscou permettra d'approfondir cette coopération, de semer les premières graines de la collaboration fructueuse", a déclaré Thomas Flichy de la Neuville.

Selon lui, la Turquie a fait preuve d'irresponsabilité en abattant un avion militaire russe.

Coalition contre l'EI: Hollande poursuit sa quête et va voir Poutine

"Elle a montré qu'elle ne souhaitait pas vraiment se battre contre l'Etat islamique. Tout le monde le savait déjà, elle l'a martelé encore plus", affirme l'analyste.
Il estime qu'Ankara a voulu mettre un obstacle au rapprochement — qui la terrorise — entre la France, les Etats-Unis et la Russie.

"La position de la Turquie représente d’abord un danger parce que la Turquie a voulu « punir » les pays de l'Union européenne de n'avoir mis au pas le régime de Bachar el-Assad. Et la punition a été qu’elle a ouvert les vannes d'émigration" affirme Thomas Flichy de la Neuville.

"Je pense qu'il faudra du temps pour que le rapprochement géopolitique entre la France et la Russie (…) se traduise par un assouplissement des sanctions économiques, mais on peut s'attendre déjà à des gestes, d'autant plus que François Hollande est passé par l'Allemagne avant d'aller en Russie", a conclu l'historien français.

Pour Florent Parmentier, maître de conférences à Sciences Po et spécialiste en affaires publiques et en géopolitique européenne, les attaques terroristes du 13 novembre à Paris ont poussé les autorités françaises à modifier complètement l'ordre des priorités.

Poutine: Moscou prêt à combattre le terrorisme ensemble avec Paris

Si jusqu'à cette date, "la priorité des Européens, et de la France en particulier, était concentrée sur la question de la COP21", aujourd'hui, l'exécutif français " a pour véritable priorité de s'occuper des questions de terrorisme".

Interrogé par Sputnik sur la position de l'Allemagne dans la lutte contre ce fléau, Florent Parmentier a fait état d'une certaine réticence de Berlin.

"Cette réticence s'explique essentiellement par des raisons d'ordre historique et de déploiement des forces. Le point essentiel évidemment tient au passé de l'Allemagne, à ses aventures militaires précédentes", a indiqué l'expert.

A titre d'exemple, il cité le cas libyen où "les Français et les Anglais étaient plutôt sur une ligne interventionniste, alors que l'Allemagne est restée très en retrait".

La Turquie se réfugie derrière l’Otan pour justifier l’attaque contre l’avion russe

Interrogé sur l'incidence que l'attaque de la Turquie contre un avion militaire russe pourrait avoir pour la mise en place d'une "large coalition", Florent Parmentier a déclaré: "Il est incontestable que le travail d'élaboration de la coalition autour de la France sur le cas syrien précisément est rendu plus difficile par la crise entre la Russie et la Turquie".

Il n'en demeure pas moins que cette crise ne doit pas réduire à néant les efforts axés sur la formation de cette coalition.

"La Russie reste un partenaire incontournable pour une opération militaire en Syrie. Je pense que c'est cela que le chef de l'Etat français a en tête", a conclu l'expert.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20151126/1019847676/hollande-poutine-politique-exterieure-rencontre-a-moscou.html#ixzz3sfP0NCjd

{fcomment}