LynxTogo.info

Le porte-parole du fils de Kadhafi accuse : «Haftar veut liquider Seïf El-Islam» [Par Sadek Sahraoui ]

Ayman Bouras, le porte-parole du fils de l’ancien guide libyen Mouammar Kadhafi, accuse «plusieurs parties impliquées dans la crise libyenne, dont le maréchal Khalifa Haftar, de vouloir la mort de Seïf El-Islam». C’est la raison pour laquelle, explique Radio France Internationale (RFI) qui rapporte l’information, que Seïf El-Islam se cache depuis sa libération.

Le média français indique à ce propos que «plusieurs fois, les proches de Seïf El-Islam ont annoncé qu’il allait faire un discours pour s’adresser aux Libyens, mais cela ne s’est jamais concrétisé». C’est parce que Seïf El-Islam Kadhafi n’est en sécurité nulle part. L’on précise que «même le 19 mars, lors de l’annonce de sa candidature à la prochaine élection présidentielle prévue cette année, il n’était pas présent. C’est son porte-parole, Ayman Bouras, qui avait parlé pour lui depuis Tunis», rappelle RFI.

Ceux qui ne veulent pas voir Seïf El-Islam revenir sont ceux qui ont été propulsés au premier plan en février 2011, ceux à qui l’Otan a livré la Libye. Les Frères musulmans, le Groupe islamique combattant, en plus de tous ceux qui prétendent être pour la démocratie et les libertés. Y compris Khalifa Haftar. Tous ceux qui veulent à tout prix éviter le retour de Seïf El-Islam. Plusieurs ont essayé de l’éliminer, les Emirats arabes unis, le Qatar… Ces parties ne veulent même pas entendre le nom de Seïf El-Islam», accuse le bras droit de l’ancien guide libyen.

Ayman Bouras cite également dans sa déclaration à RFI «(…) la brigade Abou Bakr Al-Siddik qui l’avait emprisonné et qui n’a jamais accepté qu’il soit amnistié, et cette brigade a depuis été dissoute». Pour lui, le danger est partout. «Pendant qu’il était jugé, Seïf El-Islam apparaissait dans les médias, mais le complot est devenu énorme suite à sa libération. Combien de fois ont-ils essayé de l’atteindre afin de l’éliminer. Khalifa Haftar a essayé en coordination avec la milice d’Imad Traboulsi [chef d’une milice pro-Haftar à Zenten, ndlr]. Ousama Jouaili, autre chef de milice à Zenten, a également tenté de le tuer. Seïf El-Islam apparaîtra quand toutes les conditions seront réunies, en Libye et à l’étranger», a promis Ayman Bouras.

Sadek Sahraoui

 

LynxTogo

Top Desktop version