LynxTogo.info

Au PNP, un chef aux élans « démocrates » avec des lieutenants « tordus » ! [Par Camus Ali]

Pauvre Tikpi ! Mal entouré, ce « monument » national, cette « pépite », mieux, cette « étincelle » que, le ciel a envoyé aux Togolais risque au finish de tomber comme la plupart de ces précédents chefs de partis politiques : dans l’anonymat. Et pour cause. La section Rhénanie Westphalie en Allemagne de son parti serait truffée des damnés de la terre. Plus court à l’allemande die « Verdammten der Erde ». Ici, on rencontre un peu de tout. Des transhumants politiques aux fanatiques avec des réflexes tribaux dans un concert qui se le dispute au ridicule, il y en a, à observer. Ici, Atchadam est le cousin « Mollah » que tout le monde rappelle à qui veut l’entendre les démenbrements familiaux, et le lien de sang. Plus de place aux autres ethnies ! Mieux, malheur à tout autre qui mettra son expertise si elle ne passait pas par les « cousins ». On fait sciemment de se réunir dans le secret des dieux. On s’invite en catimini. On n’improvise rien. Il y a comme si, les « idées panafricanistes » du chef passaient sur les lieutenants du PNP, section Rhénanie-Westphalie comme l’eau sur les plumes d’un canard. Au PNP section Rhénanie Westphalie, il y a tout et un peu de tout. Des transhumants politiques qui n’ont pas encore remis les cartes de l’ex parti PDR aux preux sans conviction arrivés dans ces moments conjoncturels de luttes que connaissent les Togolais en passant par tous ceux qui ont douté de Tikpi avant de revenir donner le baiser dangereux à la lutte parcequ'ils voient la mayonnaise prendre. L’idéologie politique, la méthodologie de travail, l’éducation politique des masses, observée par le PNP national, on s’en tape sur les bords du Rhin. La ligne panafricaniste du chef Tikpi Salifou Atchadam est méconnue mieux difficile à expliquer aux profanes sur les bords du Rhin. Au PNP section Rhénanie, On parle de tout sauf du panafricanisme. Ici, on est à mille lieues des interviews, où Tikpi rappelle à qui veut l’entendre son charme pour le grand chantre panafricain, Cheikh Anta Diop. À la démocratie participative, on a inventé une démocratie des clochers. On peaufine une liste a exposé aux invités et le chef est élu avec l’accord d’un « gouvernement » dans l’ombre. Staline, Brejnev et Nikita KHROUCHTCHEV n’ont pas fait mieux sous le drapeau rouge soviétique.

Revenons dans ce décor surréaliste des tenants du PNP, section Rhénanie Westphalie. Nous sommes au 17 Novembre 2017. Un certain Ali Tchassanti alias « Tostao » (Représentant du parti MCD) de Me Tchassona Mohamed en Allemagne fonce droit et invite les tenants du PNP pour une rencontre, dit-on, pour « sceller » la paix entre fils Tems dudit parti. Il faut noter que, le PNP connait comme la plupart des partis politiques des querelles internes (nous y reviendrons dans un article) Une source qui a requis l’anonymat et qui s’est exprimée à Lynx.info raconte que, la réunion a failli se solder par des coups de pieds et des pugilats. In extremis, on a pu calmer les uns et les autres. De cette réunion, on a proposé séante tenante une autre qui, a eu lieu le 25 novembre 2017. Thème : Election du bureau PNP, section Rhénanie Westphalie. Faut-il rappeler que, pour l’évènement on a imposé une omerta pour les invitations. Des têtes ne devraient pas être de la soirée ! Mieux, aucun journal ne devrait savoir du lieu. Résultat, après le grand oral, les militants du PNP ne savent qui représente la section dans la Rhénanie Westphalie.

Décor surréaliste et passage en force !

Ce que les participants à la réunion de Wuppertal ont pu noter, est l’absence des chefs d’une branche concurrente : celle de la ville de Düsseldorf. Très rapidement, les organisateurs ont expliqué le but de la réunion. L’ennuie dans la salle s’est succédée par une pause. À la reprise, le chef pouvait être présenté aux curieux invités. Question a plusieurs inconnues. Yaya Zakari, nommé représentant de la section PNP, Rhénanie Westphalie pourra t-il avoir le courage de dire à son patron hiérarchique Tikpi Atchadam, le courant politique qu’il a proposé au sein du parti pour être élu si brillamment ? Pourra-t-il dire le nombre de voix qui l’a porté comme premier représentant de la section à son patron Tikpi ? Que va-t-il dire à la presse si on lui posait une question sur les conditions de sa nomination ? Autant de questions que sûrement Tikpi lui posera aussi. A l’heure où nous mettons ces lignes pour lecture, une audio du « nouveau chef » circule sur les réseaux sociaux. Il est question de cotiser, ici et tout de suite. Faute de se voir rayer des débats, et du parti. Ambiance ! Quand on peut dire qu’il est «imposé» pas « élu », les militants du PNP et les Togolais sont en droit de crier à la dictature ! Nous sommes ici à quelques doigts de la même saute d’humeur suite au passage en force au sein de l’ANC, quand son champion Jean-Pierre Fabre débarque pour « imposer » Antoine Bawa comme représentant Europe dudit parti avant de s’éclipser. La suite, on connait les dérives totalitaires voire ubuesques observées à l’ANC. Un parti politique survi et résiste au temps par un départ voulu ou par mort naturelle de ses pères fondateurs, grâce à la démocratie participative. Mieux, on nivelle bien le bas par des élections acceptées par tous pour que le haut se sente fort dans son fonctionnement. Pas le contraire !

Camus Ali
Lynx.info


 

LynxTogo

Top Desktop version