LynxTogo.info

LynxTogo

Togo. Corruption, médiocratie, médiacratie : Les béquilles du pouvoir de Faure Gnassingbé ?

« La liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas » Le Canard enchaîné

Le Togo n’en finit pas d’étonner le monde. Il y a certes bien longtemps qu’une grande partie du peuple togolais semble étranger dans son propre pays, voire déraciné, tant le système politique en place les opprime et les empêche d’affirmer leur autodétermination. La souveraineté du peuple est donc bien un leurre dans ce pays.

Aussi étonnés que les togolais croient l’être chaque fois que, dans un crescendo continu, le pouvoir pluri-décennal des Gnassingbé étale ses frasques sans honte, aux yeux du monde, l’incompétence et la médiocrité n’en finissent pas de prendre des proportions surréalistes. Le pouvoir de Faure Gnassingbé s’en prend-il encore à la liberté de la presse ? Il faut croire que oui.

Il en est ainsi de la toute dernière décision de retrait de fréquences d’émission infligée à La Chaine du Futur (LCF) et Radio City Fm,[ 2] deux organes de presse appartenant au groupe Sud-medias, prise par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) et son président, Pitang TCHALLA, membre éminent du parti au pouvoir RPT/UNIR et inamovible homme à tout faire multifonctions, soit au sein du gouvernement soit alternativement à la tête d’institutions de la République togolaise. Alors, faut-il museler les journalistes indépendants pour s’éterniser au pouvoir ? That is the question !

1. LA CHAINE DU FUTUR ET RADIO CITY FM REDUITES AU SILENCE : 80 PERSONNES AU CHÔMAGE SONT VICTIMES D’ABUS DE DROIT

Pitang TCHALLA a toujours gravité dans les cercles du pouvoir au Togo et particulièrement dans l’audiovisuel où il a effectué à des fonctions diverses toute sa carrière. Après avoir dirigé la télévision publique il devint Ministre de la Communication sous la présidence d’Etienne GNASSINGBE EYADEMA, le père. Puis après avoir bien servi le Père, devint conseiller à la présidence pour servir le Fils, Faure GNASSINGBE, jusqu’à sa nomination par décret présidentiel, signé le 26 mai 2016, comme nouveau président de la HAAC.

La fébrilité qui animait Pitang TCHALLA depuis l’automne 2016, préfigurait la sanction infligée à la chaine de télévision La Chaine du Futur (LCF) et la station Radio City Fm. Ce nouveau diktat de la HAAC à l’encontre de deux médias audiovisuels semble indiquer que la récente nomination de Pitang TCHALLA correspond à une mission de service commandé.

À l’heure ou ces lignes sont écrites aucune explication plausible hormis celle de n’avoir pas rempli les « formalités préalables d’autorisation », n’est apportée sur les motifs réels de l’interdiction d’émettre faite aux deux organes, ce qui est la moindre des choses pour une décision aussi grave. Le motif de non-conformité semble pour le moins fallacieux dans la mesure où ces deux médias émettent à Lomé depuis 10 ans, sous le contrôle de la HAAC.

Le fait que ces deux médias appartiennent au groupe Sud Media de Pascal BODJONA, inciterait à penser que le seul motif de la décision soit de « punir », l’ancien ministre de l’Administration territoriale, remis en liberté il y a un an jour pour jour après avoir passé dix-huit mois dans les prisons de Faure GNASSINGBE pour une rocambolesque affaire d’escroquerie. Certains n’hésitent pas à parler de « règlement de compte » entre Faure GNASSINGBE et Pascal BODJONA et d’une motivation purement politique, puisqu’il est prêté à ce dernier, l’intention de vouloir briguer la Présidence de la République en contrôlant certains médias. Rien de nouveau donc sous le soleil togolais dans la mesure où sous le règne des GNASSINGBE les atteintes à la liberté de la presse ont toujours été fomentées pour des raisons politiques. Il y a peut-être un autre motif collatéral. Pitang TCHALLA est aussi un homme de l’ombre, qui a très activement participé, en son temps, à la création de la chaine de télévision privée TV2, chaine dans laquelle il ne serait pas surprenant de le voir figurer encore dans l’actionnariat. Aurait-il ainsi fait d’une pierre deux coups : rendre service à son maître Faure GNASSINGBE et éliminer un concurrent commercial ?

Mais lequel de ces politiciens s’intéressent au sort du peuple togolais ? Aussi, au-delà des « bisbilles » entre gens de la caste, les premières victimes vers lesquelles doit d’abord se manifester la solidarité, ce sont les 80 personnes employées par le groupe Sud-Media dans ses deux organes de presse, qui pointent aujourd’hui au chômage forcé.

2. UN MAUVAIS COUP GRADUELLEMENT ET MINUTIEUSEMENT PREPARE

Il n’y a donc pas lieu d’être surpris par une décision pour laquelle Pitang TCHALLA, le président l’autorité de régulation des médias et de la presse, avait par avance formaté les esprits. En quarante ans d’exercice exclusif du pouvoir, le clan GNASSINGBE et ses démembrements, semblent être passés maitres dans l’art de l’enfumage et des manœuvres dilatoires.

L’examen de la production administrative de la HAAC depuis l’arrivée de Pitang TCHALLA en tant que président de cette institution, semble fournir des éléments d’appréciation qui concourent dans ce sens.

Dès l’été 2016 le communiqué N° 07 HAAC/16/P du 8 août qui rendait compte d’une rencontre avec les responsables de l’Observatoire Togolais des Médias (OTM), mettait en garde les professionnels des médias : « Par ailleurs, la rencontre a également donné l’occasion à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication et à l’Observatoire Togolais des Médias, d’inviter les professionnels de la communication au respect de la déontologie et de l’éthique de leur métier en vue de la promotion du professionnalisme, des valeurs citoyennes, de l’unité nationale et de la paix. Un appel à l’union et à la solidarité des organisations professionnelles de la presse, ainsi qu’au renforcement de la confraternité au sein de la profession, a été lancé à cette occasion.» [ 3] Premier avertissement sans frais !

Un mois après ce premier coup de semonce le communiquéN° 10/HAAC/16/P du 9 septembre se faisait nettement plus menaçant : « Il nous a été donné de constater depuis quelques temps des manquements graves dans la conduite des émissions-débat et interactives sur les antennes de certains médias audiovisuels de la capitale et de l’intérieur du pays. » [ 4] Dans ses remontrances relatives à la violation alléguée des dispositions du Code de la Presse et de la Communication, et la violation des principes fondamentaux du journalisme,la HAAC accrochait à son palmarès pas moins de sept organes de presse dont La Télévision Deuxième (TV2), (sans doute pour faire bonne mesure), Radio Zéphyr, Radio Fréquence 1, La Chaîne du Futur (LCF), Radio Excelsior d’Atakpamé, Radio Courtoisie et Radio Mecap de Dapaong. Les menaces se faisant cette fois plus précises : « La Haute Autorité condamne ces dérapages, met en garde ces organes et appelle l’ensemble des médias au respect des règles de déontologie et d’éthique de la profession notamment le traitement équilibré de l’information, la sauvegarde des valeurs d’équité et de cohésion sociale indispensables à l’instauration d’un climat de paix et d’un véritable Etat de Droit au Togo. » Deuxième avertissement sans frais !

Puis le 27 décembre 2016, un nouveau communiqué relatif au « respect des cahiers des charges des sociétés de radiodiffusion et de télévision » dans le cadre du renouvellement des conventions pointait du doigt les organes suivants : « Radio BETHEL à Gléï ; Radio La Bonne Nouvelle à Lomé ; Radio CITY FM à Lomé ; Radio DAWUL à Bassar ; Radio Maria à Kara ; Radio Maria à Kpalimé ; Radio la Voix de l’OTI à Mango ; Radio La Voix de Vo à Amégnran ; Radio OCEAN à Aného ; Radio SKY FM à Badou, et la chaine de télévision La Chaîne du Futur » [ 5] La HAAC mettait en garde : « Passé la date du 15 janvier 2017, les autorisations d’installation et d’exploitation et les fréquences qui leur avaient été accordées seront purement et simplement retirées et cédées à d’autres demandeurs, conformément aux procédures prescrites en la matière.»

Ceci appelle deux remarques. Dans sa communication publique, la HAAC formule ses griefs en termes généraux, voire sibyllins, ce qui lui permet de s’exonérer d’explications détaillées, tant sur le fond que sur la forme quant au respect des règles déontologiques en vigueur, qui pourraient être utiles à toute la profession pour en corriger les errements. On retrouve systématiquement dans les communiqués La Chaîne du Futur. Elle apparait ainsi comme un média qui ne respecterait pas les règles en vigueur de manière récurrente.

Si l’on ajoute à ces éléments, la nomination « officieuse » en tant que conseiller, d’un ancien membre de la HAAC, Sodja Kangni SALLAH – retraité depuis la fin du mandat de l’ancien président Philippe EVEGNON, directement recruté par Pitang TCHALLA, parait-il à ses frais, à l’insu des autres membres de la HAAC, cela ressemble fort à la transformation de l’institution en officine occulte voire en véritable cabinet noir.

Intuition que semble confirmer la fuite [ 6] survenue la semaine dernière. Elle révèle l’existence d’un courrier de M. SALLAH, en date du 22 décembre 2016 qui précise comment lui et son mentor se sont entretenus sur le dossier de fermeture de médias le 20 décembre 2016. Et l’auteur du courrier donnait des conseils au président de la HAAC, sur la meilleure manière de faire à savoir qu’il serait plus efficace de dépasser le stade d’une procédure administrative ou judiciaire en orchestrant par le biais d’une communication intensive des actions de manipulation et de propagande pour « préparer l’opinion à accepter une fermeture éventuelle de ces médias.»

Une sorte de point d’orgue venant couronner le lent travail préparatoire qui vient d’être analysé. Il parait que depuis la fuite de ce document dans la presse Sodja Kangni SALLAH aurait supprimé ses photos sur les réseaux sociaux et brouillé les pistes de ses contacts. Des choses à se reprocher ?

Concernant le fonctionnement de la HAAC il est permis de s’interroger sur l’absence de La Loi Organique n° 2013-016 votée le 19 février 2013 par l’Assemblée nationale et promulguée par Faure GNASSINGBE le 08 juillet 2013, qui régit aujourd’hui l’institution ; Celle-ci ne figure toujours pas sur son site internet comme document de référence. Le seul document de référence figurant sur le site est le règlement intérieur, [ 7]définissantl’organisation, le fonctionnement, l’administration, les attributions, les compétences, les modes de saisine, les mesures disciplinaires, de la HAAC, qui n’a été publié que le 31 octobre 2016, soit trois ans après la promulgation de la Loi Organique n°2013-016.Il existe probablement une relation de cause à effet entre l’absence de la Loi n°2013-016 du 08 juillet 2013, texte essentiel, et le fait qu’au moment son adoption par l’Assemblée Nationale ce texte essentiel fut qualifié de liberticide, accusé de violer l’article 26 de la Constitution de la République togolaise, et à ce titre dénoncé par nombre de partis politiques comme une atteinte grave à la liberté de la presse.

Cette loi confère à la HAAC le pouvoir de retirer le récépissé des journaux, d’interdire les émissions, de retirer la carte de presse, de suspendre l’autorisation d’installation et d’exploitation des médias audiovisuels. [ 8]Elle marque effectivement un véritable recul des libertés publiques, dans la mesure où la date du 30 août 2004 avait célébré la naissance d’un nouveau Code dépénalisant de délit de presse.

Il ne semble donc pas que la transparence, l’éthique et la déontologie soient prêtes à franchir les portes de la HAAC et régir son mode de fonctionnement. La Présence de Pitang TCHALLA à la tête de l’institution, qu’il semble en train de transformer en obscure « officine » du pouvoir, n’augure rien de bon en la matière, sinon pour porter des coups à la liberté de la presse !

3. LA REACTION PUBLIQUE DE ZEUS KOMI AZIADOUVO MEMBRE DE LA HAAC : UNE PREMIERE FISSURE DANS L’EDIFICE !

Les ficelles utilisées par Pitang TCHALLA, sont tellement grosses qu’elles ont immédiatement provoqué une vive réaction de M. Komi AZIADOUVO, Membre de la HAAC, Président du Comité Presse Ecrite. Dans une lettre adressée le 04 février 2017 au président de la HAAC, [ 9]M. Komi AZIADOUVO, après avoir rappelé le respect des règles éthiques que lui impose, en tant que membre de la HAAC, la prestation de serment prononcée le 09 juin 2016, devant la Cour Suprême, revendique au nom de la déontologie et malgré l’obligation de réserve le droit de rompre « la loi du silence » afin de ne pas « laisser prospérer l’abus et le non-droit dans notre pays ». En ce sens il est dans le plus parfait respect de la Constitution du Togo et il est important de le rappeler tellement cette attitude d’indépendance en conscience est rare.

A ce titre M. Komi AZIADOUVO peut être considéré comme un lanceur d’alerte et il convient de saluer comme il se doit son courage. Car au Togo il faut du courage pour oser dire la vérité à ses concitoyens !

Komi AZIADOUVO rappelle à Pitang TCHALLA de manière ferme que « La Haute Autorité de l’Audiovisuel […] est une institution indépendante vis-à-vis des autorités administratives, de tout pouvoir politique, de toute association et de tout groupe de pression » et poursuit « Des devoirs que vous nous avez rappelés lors de la prestation de serment. Ceci étant, nous ne devons ni utiliser cette institution ni manipuler la loi pour régler des problèmes personnels.» On ne saurait être plus éloquent ! Mais surtout il informe les Togolais des manœuvres dilatoires employées par Pitang TCHALLA, pour régler des comptes lorsqu’il rappelle qu’à aucun moment une décision de fermeture n’a été prise : « […] nous n’avons, jusqu’à ce jour, pris aucune décision en plénière concernant la fermeture de LCF et de City FM. Et à la conférence de presse tenue le jeudi 02 février 2017 au siège de la HAAC, il n’a jamais été question d’annoncer une quelconque décision de fermeture de ces deux organes de presse qui allait intervenir après le 5 février 2017. D’ailleurs, c’est à cette conférence de presse que certains membres et moi avons pris connaissance du délai du 5 février 2017.»

Il met aussi l’accent sur les incohérences de sa décision unilatérale de fermeture prononcée par Pitang TCHALLA : « Pourquoi la HAAC a-t-elle régulé pendant 10 ans ces deux organes de presse tout en sachant qu’ils n’ont pas d’« existence légale » ? Pourquoi la HAAC, institution garante de l’aide de l’Etat à la presse, a-t-elle toujours accordé cette aide à ces organes qui n’auraient pas d’« existence légale » ? Et il donne le coup de grâce lorsqu’il rappelle que : « Au regard de la loi, ce qu’on peut appeler l’« Affaire LCF et City FM » n’existe pas. » […] « Contrairement aux informations qui circulent, les dossiers déposés par les responsables de LCF et City FM en 2012 et 2015 sont à la HAAC et ont été étudiés. […] les dossiers de ces deux organes de presse sont techniquement au point.» Si le dossier est « techniquement au point » c’est donc qu’il faut chercher ailleurs les vrais motifs de fermeture !

Ainsi Pitang TCHALLA se retrouve en piteuse position lorsqu’il lui est rappelé « Monsieur le Président, c’est là où se trouve la manœuvre qui, si on n’y prend garde, risque de mettre en péril la liberté de presse au Togo. » […] « J’en appelle à votre sagesse afin que vous nous aidiez à traduire effectivement dans les faits les engagements que nous avons pris en prêtant serment devant votre haute juridiction. Notre pays qui s’est engagé dans une nouvelle dynamique et qui fait face à plusieurs défis, n’a pas besoin en ce moment de ce coup de force.»

Komi AZIADOUVO, honnête membre de la HAAC, en portant la lumière sur la forfaiture du président de la HAAC, fait éclater la vérité qui pourrait provoquer l’étincelle salvatrice pour éventuellement donner le coup de balai qui s’impose à la tête de l’institution. Les questions de probité et d’éthique sont des principes étrangers Pitang TCHALLA, un des rares caciques du RPT/UNIR encore en service auprès de Faure GNASSINGBE, pourtant formé à l’école du « vieux », c’est-à-dire à régler les affaires davantage par la force que par la conciliation et le respect de la justice et de la déontologie.

Mais il convient d’être réaliste et de ne point trop rêver tant l’histoire du Togo nous enseigne que le pouvoir des GNASSINGBE de père en fils, a toujours entretenu des relations exécrables avec la presse et les médias en général, dès lors que celle-ci s’avisait de dénoncer ses abus de pouvoir.

4. CHICOTER LES JOURNALISTES : UNE TRADITION AUSSI ANCIENNE QUE LA DYNASTIE GNASSINGBE !

La question des rapports du pouvoir avec la presse, semble être une question récurrente au Togo. Après les indépendances des années 1960, les pays d’Afrique qui consacrent l’avènement du parti unique, voient le pluralisme de la presse s’étioler. Le Togo n’échappe pas à la règle. Certains titres, Les Échos du Togo, Notre Combat, ainsi que d’autres journaux disparaissent progressivement. En 1962 l’Etat lance Togo-Presse hebdomadaire avant qu’il ne devienne quotidien. Comme dans toute l’Afrique francophone, l’indépendance au Togo est donc marquée par la restriction de la liberté de presse et le quasi-monopole des médias gouvernementaux au nom de « l’union nationale ».

Rappelons qu’Etienne EYADEMA GNASSINGBE interdit les partis politiques du Togo en 1967 pour créer en 1969 « son » parti unique, le Rassemblement du peuple togolais (RPT).

Le rôle des médias d’État devient alors prépondérant. De Radio Lomé (créée en 1953), à Togo-Presse, en passant par la Télévision togolaise (TVT) lancée en 1973, le journalisme est au service de la propagande du RPT et de son chef. EYADEMA apparait à la une de Togo-Presse dont le travail journalistique se cantonne à la publication de communiqués, déclarations officielles, et au culte de la personnalité destine quasi-quotidiennement sa une à EYADEMA, instillant insidieusement l’idée qu’il est le seul dirigeant politique du pays. La critique est interdite au point d’être sanctionnée, parfois par la mort du contrevenant.

Après que quelques rares organes de presse, Le Courrier du Golfe ou Forum-Hebdo aient explicitement mis en avant les contradictions et abus divers et variés du, il faudra attendre le tournant des années 1990 et en particulier les travaux de la Conférence Nationale Souveraine qui se tient du 8 juillet au 28 août 1991, jusqu’à ce que le père Etienne GNASSINGBE EYADEMA siffle « la fin de la récréation, [ 10] pour voir les lignes bouger quelque peu avec l’avènement du multipartisme et la libéralisation des médias. Mais l’absence de séparation des pouvoirs, qui perdure encore 26 ans plus tard, limite rapidement ce nouveau multipartisme.

Quant aux médias le faible taux de pénétration de la presse de l’époque les rend peu dangereux pour le pouvoir, même s’il entraine une floraison de journaux privés, véritable «renouveau de la presse ». Les dizaines d’hebdomadaires créés par des intellectuels deviennent rapidement une presse d’opinion dans la mesure où ils sont très proches des nouveaux partis politiques. Très virulents à l’égard du pouvoir, ils rendent compte de l’évolution de la situation politique et font valoir leur capacité de dénonciation, de revendication de justice sociale, clairement engagée contre le RPT. Les journalistes renouent avec leur véritable vocation : « redevenir un témoin politique et un « acteur incontournable de la vague de démocratisation des régimes politiques.»[ 11] Mais le pouvoir RPT contre-attaque positionnant également des titres à sa solde quasi exclusive reprenant souvent la ligne éditoriale du quotidien Togo-Presse pour ternir l’image des partis d’opposition et déverser à longueur de colonnes des louanges à EYADEMA. Quand EYADEMA quitte le pouvoir en 2005, à la faveur de son décès dans l’avion qui devait le conduire en Israël pour y recevoir des soins, la presse togolaise compte 45 titres, essentiellement une presse d’opinion, très liée aux partis politiques et qui peine à survivre dans un contexte de paupérisation massive de la population.

Dans ce contexte, le fils d’EYADEMA GNASSINGBE, Faure GNASSINGBE, accède au pouvoir une première fois en février 2005 à la faveur d’un coup d’Etat institutionnel fomenté par les militaires, puis obligé de se retirer sous l’influence des pressions internationales, une deuxième fois en avril 2005 lors d’une élection présidentielle usurpée, qui va entrainer un déchainement de violences avec près de 800 morts estimés dans le rapport d’une commission d’enquête de l’ONU et près de 45.000 exilés dans les pays limitrophes du Togo : Bénin, Ghana, Burkina Faso et Côte d’Ivoire.La réalité des chiffres reste à confirmer compte tenu des nombreuses disparitions de preuves.

Une entrée en fonctions qui augure mal des conditions d’exercice des libertés publiques au Togo et ouvre une période qui jusqu’à présent se révèlera tout aussi contraignante à l’égard de la presse que le furent les trente-sept années de règne d’Etienne GNASSINGBE EYADEMA.

De multiples atteintes à la liberté de la presse ont jalonné la Présidence de Faure GNASSINGBE depuis son accession au pouvoir jusqu’à ce jour.

Le mardi 10 août 2010 à Lomé, la capitale du Togo est le théâtre d’une scène digne du plus pur colonialisme qui se déroule en marge d’une confrontation entre manifestants et gendarmes togolais. Ce jour-là, Didier Ledoux, journaliste du quotidien Liberté fut sérieusement malmené par et la gendarmerie togolaise et un colonel de l’armée française, Romuald LETONDOT, dont on se demande ce qu’il pouvait bien faire en cet endroit. Une vidéo en ligne sur Youtube [ 12] relate les événements témoigne du caractère carrément néo-colonialiste de l’intervention :

Militaire :« Tu sais qui je suis ? Je suis le conseiller du chef d’état-major de l’armée de terre. Tu veux que j’appelle le RCGP [Régiment des commandos de la garde présidentielle, ndlr] pour foutre un peu d’ordre là-dedans ? Alors, je demande d’enlever les photos. Est-ce que c’est compliqué ? » Epaulé de gendarmes togolais casqués, matraque à la main, l’officier menace le journaliste, Didier Ledoux, bien connu au Togo, portant un gilet avec le mot « presse » écrit en énorme, fourni par les Nations unies.

Militaire :« Tu veux qu’on te donne un coup sur l’appareil ou quoi ? » Un peu plus tard, face aux protestations du journaliste qui proteste qu’il fait son boulot, l’officier lui rétorque

Militaire :« je m’en fous », puis dit à l’un des gendarmes, sur un ton autoritaire : « Tu le mets en tôle ». (Voir la vidéo) [ 13] Puis le 25 août 2010 se déroulaient simultanément sept procès contre des organes de presse. Etaient convoquées devant la justice les rédactions de six titres : Tribune d’Afrique, L’Indépendant Express, Magnan Libéré, Forum de la semaine, Chronique de la semaine, Radio Victoire. Dans la même période les quotidiens Liberté et Le Correcteur étaient inquiétés par la justice de même que Golfe Info, condamné à une amende de 80 millions de FCFA. [ 14]

Le 2 juillet 2012, c’est au tour du photoreporter ATAYI Ayi, du journal Forum de la Semaine d’être agressé à Lomé, sur le lieu de reportage, un hôtel où il couvrait un conflit opposant des membres d’une communauté aux propriétaires dudit hôtel. A cette occasion la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) interpelle le gouvernement : « Nous appelons les autorités à protéger les journalistes contre les attaques gratuites et à promouvoir un environnement de sécurité aux journalistes afin qu’ils ne deviennent pas une cible facile aux fossoyeurs de la liberté de la presse » [ 15]

Mais comment peut-on attendre de Faure GNASSINGBE qu’il protège les journalistes indépendants, alors qu’il profite de la moindre occasion pour à porter atteinte aux droits fondamentaux de la presse ou de s’assurer d’asphyxier financièrement et parfois physiquement (kidnapping) les journalistes par des manœuvres dilatoires ?

Le 17 juillet 2012, la HAAC interdit la parution le mensuel La Nouvelle au motif que « des articles comportant de fausses informations, des appels à la haine ethniques et religieuses, l’intrusion dans la vie privée des citoyens, la calomnie et des injures ».[ 16]

Le 14 décembre 2012, Koffi Koba A.B. AKPAKI, le Directeur de publication de La Gazette du Golfe adresse un courrier au président de la HAAC et interpelle l’institution qui refuse la reparution du journal après trois ans d’absence des kiosques sans que le titre « soit « tombé» sous le coup d’aucune loi de la République ni celle de la HAAC.», alorsque le dossier déposé auprès de la HAAC avait reçu l’avis favorable du Président du Comité carte de presse, c’est dire du Vice-président de la HAAC, Donkor BALOGOUN.

Devant l’incurie de la HAAC M. AKPAKI considère qu’il ne lui reste d’autre recours que de s’adresser aux organisations de défense des droits humains : « N’ayant plus d’autres moyens pour me faire entendre et pour que justice me sois faite, j’en appelle aux organisations de défense des droits de l’homme, à celles luttant pour la cause et la défense des journalistes afin qu’ils prennent à cœur ce que je considère ici comme étant une violation de mes droits étant donné que depuis février jusqu’aujourd’hui, l’institution ne m’a pas fait signifier un quelconque rejet de mon dossier. »

Le 25 juillet 2013, alors que se déroule le scrutin des élections législatives, les journalistes de la radio La Légende réalisent une émission à laquelle ils ont invité leurs confrères pour commenter l’actualité et informer la population sur le déroulement des opérations de vote. Mais aussitôt lancé le générique de fin de l’émission les soldats débarquent dans les studios et ordonnent manu militari la fermeture pur et simple des locaux ce qui prive de facto la radio de sa capacité d’émettre. Les nombreux auditeurs convergent aussitôt vers le siège de la radio qui devient rapidement un lieu de manifestation pour la liberté de la presse. Il s’en fallut de peu que la situation ne dégénère gravement. Eh bien ! Des investigations menées ultérieurement feront apparaitre que la fermeture de la radio La Légende avait été préalablement programmée par le pouvoir avant le jour du scrutin. Le pire c’est qu’un journaliste de Radio Légende a participé au complot. Sans doute un de ceux que Pitang TCHALLA a pour mission de cadeauter à Noël pour le compte de Faure GNASSINGBE.

Le 7 Février 2017, à peine rendue publique l’annonce de la fermeture de La Chaine du Futur et Radio City Fm, Robert AVOTOR, journaliste du quotidien l’Alternative est l’objet d’une arrestation arbitraire et d’actes de torture caractérisés, opérés par des gendarmes, alors qu’il effectue un reportage à Akato-Viépé, une banlieue de Lomé, sur l’expulsion de riverains prononcée par la Cour suprême, diligentée par une centaine de gendarmes.

Robert AVOTOR raconte : « Ensuite, je leur ai demandé si je peux parler à leur chef. L’un d’entre eux me demande : « Il y a quoi ? ». Je lui ai répété que je suis journaliste. Ils m’ont répondu tous qu’il n’y a aucun chef parmi eux, et qu’eux tous sont des chefs. Et puis, ils m’ont demandé de leur montrer ma carte. Ce que j’ai fait. Ils m’ont dit ensuite : « On ne mange pas la carte ici ». L’un d’eux m’a intimé l’ordre de quitter les lieux. A peine avait-il dit ça qu’il a commencé par me tabasser. J’ai couru. Mais d’autres gendarmes m’ont rattrapé et ont commencé aussi par me matraquer. Ils m’ont ensuite menotté et déposé dans un coin et se sont éloignés. Ils sont revenus quelques minutes plus tard pour me demander l’organe de presse pour lequel je travaille. Je leur ai répondu que je viens du journal L’ALTERNATIVE. Ils m’ont demandé qui est le directeur. J’ai dit que c’est Ferdinand AYITE. Et voici leur réponse : « C’est vous non ? Cette fois-ci on vous a eu. On apprend toujours ce nom. On va te faire sentir de quoi on est capable. Quand vous êtes dans la masse, vous faites du bruit. Aujourd’hui, c’est toi seul ». Ils m’ont laissé dans le coin. Ils m’ont menotté les mains derrière. De temps en temps, ils reviennent pour serrer les menottes. Cela me faisait très mal aux poignets. A un moment donné, j’ai senti le besoin de me soulager. Je leur ai demandé de me permettre au moins d’uriner. Ils ont refusé catégoriquement. J’étais obligé d’uriner dans mon pantalon. Cela les amusait. Ils ont amené aussi quelqu’un qu’ils ont surpris aussi en train de filmer. J’étais là, menotté pendant plus de deux heures. Ils sont revenus me dire que je vais répondre de mes actes à la Gendarmerie. Ils nous ont ensuite menottés ensemble (avec l’autre personne arrêtée) et nous sommes montés dans leur voiture. Arrivés à la Gendarmerie de Sagbado, ils ont effacé toutes les images dans nos portables et appareils. Ils nous ont remis les portables et demandé de partir. Ils ont pris nos identités et nous sommes partis vers 14h30.»[ 17]

Au Togo, d’Etienne EYADEMA GNASSINGE à Faure GNASSINGBE, la récurrence en matière d’atteintes à la liberté de la presse semble être un legs qui se transmet de père en fils. En est-il de même pour la corruption et la prévarication qui minent la gouvernance du pays ? L’actualité semble le confirmer !

5. LA PREVARICATION : UN SYSTEME INSTITUTIONNEL PLURIDECENNAL AU TOGO !
Si Faure Gnassingbé veut redistribuer de l’argent qui appartient de droit au peuple togolais et doit naturellement lui revenir, cela doit se passer par le biais des institutions financières et sociales de la République togolaise et non sous la forme de prébendes distribuées en catimini à quelques « amis ». De cette façon doit apparaitre la vérité des comptes publics et des bénéficiaires de l’argent public au vu et au su de tous.

Mais il faut dire que Faure Gnassingbé a été à bonne école. Les anciens Loméens se souviennent encore qu’au temps de « Papa Eyadéma », la capitale était le théâtre à intervalles réguliers, de rassemblements de plusieurs milliers de femmes, devant la résidence présidentielle de Lomé II, qui défilaient la journée entière parfois, pour recevoir un billet de 10.000 FCFA. De l’argent volé saisi dans les caisses de l’Etat, volé contribuable et dont une partie infinitésimale lui revenait. Qui servait surtout à s’attacher le soutien des fameuses « ailes marchantes » du RPT.

Faure Gnassingbé, encore plus pingre que son « Papa ». Il limite son « périmètre de générosité » et se contente de distribuer à quelques affidés soigneusement triés sur le volet susceptibles de servir ses desseins à savoir un retour sur investissement immédiat pour servir sa propagande mensongère sur l’état réel du Togo et de sa population. Ne faut-il pas rappeler cette affaire de « cadeaux du Chef de l’Etat », que Faure Gnassingbé à fait distribuer à certains journalistes par le président de la HAAC, Pitang TCHALLA, à la fin de l’année dernière à certains journalistes à hauteur de 400.000 F CFA (609€).[ 18] Selon les informations divulguées par la presse, les heureux récipiendaires auraient été reçus personnellement par le président de la HAAC, Pitang TCHALLA, à son domicile personnel.

Dans n’importe quel Etat de droit digne de ce nom, une instruction judiciaire serait déjà en cours, probablement sous la qualification de « tentative de corruption » et de « Crime commis par un fonctionnaire public dans l’exercice de ses fonctions », autrement dit de forfaiture. Malheureusement le Togo est tout sauf un état de droitselon les critères internationaux. Tout au plus une République bananière mise en coupe réglée depuis plus de quarante ans par le clan Gnassingbé, ces « néo colons autochtones » qui ont décrété par la force que le Togo était leur propriété et ont fait main basse de manière quasi exclusive sur la richesse du pays.

Sinon comment comprendre que Pitang TCHALLA,président de la HAAC, une institution qui est une autorité de régulation et de surveillance, théoriquement en charge du respect des règles fondamentales de la profession de journaliste, dont entre autres la corruption, puisse présider une conférence de presse, pour justifier de telles pratiques ? Et de préciser qu’il s’agissait d’« une récompense » de celui qui l’avait chargé de cette mission » ? Selon la déclaration de Pitang TCHALLA, « une personnalité importante lui a confié la mission de distribuer à certains journalistes des organes privés de la presse togolais 400.000F CFA en guise de récompense.» Une personnalité dont il s’est refusé à livrer le nom, mais à laquelle il ne pouvait probablement pas refuser le service. En précisant qu’il avait pris sur lui, la responsabilité d’appeler lui-même un à un les journalistes bénéficiaires et de les inviter à passer chez lui à son domicile pour toucher « la récompense ».

Et Pitang TCHALLA se permet de déclarer avec cynisme et arrogance, pour narguer la société civile et l’ensemble de la presse togolaise, « qu’il ne regrette nullement d’avoir joué ce rôle en tant que Président d’une institution qu’est la HAAC », rajoutant en guise de provocation qu’il « invitait les journalistes désireux d’avoir les mêmes « récompenses » de Faure Gnassingbé, Président de la République du Togo, d’envoyer leur nom et organe à partir du mois d’Août prochain pour que ce dernier se souvienne d’eux au moment venu pour la prochaine fois. »

Mais peut être Pitang TCHALLA, valet de son maitre nouvellement recasé comme « missionnaire » de combat, à la présidence de la HAAC – personnage rustre et de peu d’éducation selon plusieurs témoignages de ceux qui l’ont connu au cours de sa longue carrière dans les arcanes du pouvoir -, s’est-il livré à un mélange des genres, confondant l’argent privé (de surcroit illégalement acquis) et les petits services entre amis et le dispositif existant au Togo sur « l’Aide de l‘Etat à la presse », supervisé par la Commission technique de gestion et de suivi de l’aide de l’Etat à la presse. Cette aide de l’Etat à la presse est d’ailleurs régie au Togo par le Décret n° 2009-065/PR du 30 mars 2009, « portant modalités de gestion, de répartition et de suivi des aides et avantages d’ordre économique et financier accordés à la presse, les conditions de base d’éligibilité à l’aide.» [ 19]

La Commission technique de gestion et de suivi de l’aide de l’Etat à la presse, après avoir rappelé les critères d’éligibilité à cette aide pour la presse écrite et audiovisuelle a précisé dans un communiqué du 25 octobre 2016, que « le processus d’identification des bénéficiaires pour la période allant du 1er mai 2015 au 30 avril 2016 a été engagé ».

En se comportant de la sorte, le piteux Pitang TCHALLA, considère probablement l’impunité qui règne au Togo, la plupart du temps enveloppée d’un silence assourdissant, comme le meilleur rempart contre l’adversité. Ainsi il devient difficile de répondre à la question : Jusqu’à quand les journalistes-citoyens togolais se laisseront-ils agressivement abuser par ce pouvoir lui-même illégitime ?

6. PEUT-IL Y AVOIR DES LIMITES A LA FUITE EN AVANT DU REGIME ?
Après que Pitang TCHALLA, le pittoresque président de la HAAC, avait bien « cadeauté » dans la période de Noël 2016, de manière sonnante et trébuchante, les amis sûrs, zélateurs et laudateurs patentés du régime, pour le compte de son mentor Faure Gnassingbé, et s’assurer par avance un soutien éditorial pour ses prochaines basses œuvres, il pouvait présenter ses vœux à sa manière et en guise d’avertissement au reste de la profession.

Ainsi le dernier communiqué publié par la HAAC le 3 janvier 2017 sonnait déjà comme une sorte d’hallali à l’encontre de certains journalistes et de certains médias. Habilement sans citer quelqu’un en particulier, Pitang TCHALLA, dressait un réquisitoire de combat, digne d’un Avocat Général en Cour d’Assises : « Cet esprit de confraternité a été malheureusement interprété par certains directeurs de publications et de médias audiovisuels comme une période de faiblesse, voire de démission de l’instance de régulation de la communication au Togo. Ils se sont ainsi livrés à des violations répétées des textes régissant la profession, foulant aux pieds les règles d’éthique et de déontologie dont les professionnels se sont librement dotés, en gage de bonne foi, après la dépénalisation totale des délits de presse en 2004. Nombreux sont ceux qui ont excellé dans l’art de la désinformation, de l’insulte systématique et du dénigrement gratuit. D’autres ont simplement choisi d’ignorer délibérément, voire de refuser de satisfaire au droit des citoyens à la protection de leur dignité, s’illustrant dans les attaques personnelles et allant jusqu’à refuser d’accorder les droit de réponse aux victimes de leurs actes. La Haute Autorité condamne fermement toutes ces dérives qui jettent le doute sur les intentions réelles de cette catégorie de journalistes.» […] [ 20]

Il est ainsi permis de mesurer, malgré le ripolinage bleu du RPT en UNIR pour tenter d’adoucir l’image tellement compromise du régime GNASSINGBE aux yeux du monde, que ce sont finalement les bonnes vieilles méthodes coercitives, mises en œuvre par les plus anciens caciques du RPT/ UNIR qui régissent toujours la manière dont le Togo est gouverné.

Il n’y a guère que Manuel VALLS, ancien premier ministre français en en visite officielle au Togo au mois d’octobre 2016, parait-il en mal de subsides pour sa campagne électorale [ 21], pour venir jeter à la face des Togolais lors d’un diner officiel le 28 octobre : « […] Comment ne pas en remarquer les vibrations, les transformations ? Comment ne pas voir qu’une Afrique nouvelle se dessine et se prépare ici ? » […] Monsieur le Président, vous faites avancer ce pays, avec patience, avec détermination, pour qu’il rattrape le temps perdu lors des années difficiles. […] Il y a un Togo moderne, en renouveau – ces lieux en témoignent. […] La paix civile, vous en êtes le premier convaincu, est un acquis essentiel pour construire et se projeter ensemble. […] C’est un travail de longue haleine, difficile, qui exige beaucoup de hauteur de vue, de constance et de sens de l’Etat. Qui suppose aussi une vertu : la tolérance, cette vertu si togolaise. Et cette tradition de respect dont nous devrions tous nous inspirer…» Il avait auparavant déclaré aux journalistes togolais : « la France croit au Togo ». Peut-être que Manuel VALLS pensait plutôt à Faure Gnassingbé et moins aux togolais ?

Chacun peut mesurer avec la fermeture sine die de La Chaine du Futur et Radio City combien la tolérance et le respect sont des vertus togolaises, quand elles sont pratiquées par Faure GNASSINGBE et ses sbires.

Apparemment, l’inspiration que Manuel Valls est venue chercher au Togo ne lui a pas été très utile lors de sa campagne puisqu’il fut piteusement défait il y a deux semaines, lors de la primaire du Parti Socialiste, accusant un retard de vingt points sur son adversaire.

On pourrait même dire qu’elle fut contre-productive !

C’est à force de se voiler la face et de dénier le réel, de faire glisser la poussière sous la natte pour occulter la réalité du monde et de pratiquer la flagornerie qui sied tant au néo-colonialisme, que Manuel VALLS, le Premier ministre le plus antisocial que la France ait connu depuis longtemps, (il n’y a jamais eu depuis quarante ans autant de syndicalistes et de représentants d’organisations de la société civile condamnés en France que sous le gouvernement de Manuel VALLS ) s’est retrouvé lui-même au tapis, Ko debout, après les piètres résultats de son gouvernement. Il suffit de se référer au nombre de chômeurs et aux cadeaux fiscaux sans retour sur investissement savamment transférés au grand patronat.

Son « patron », François Hollande, qui a dû déclarer forfait, empêché de concourir tellement il a perdu la confiance de son propre camp politique et celle du peuple français (moins de 10 % de Français se déclaraient prêts à voter pour lui s’il se présentait [ 22]…),n’était pas en reste sur ses appréciations à propos du Togo, dans un sens plus nuancé. « Le Togo doit avoir confiance en lui…» déclarait-il au blogueur togolais Innocent AZILAN, en marge du sommet de la Francophonie, le 26 novembre 2016 à Madagascar : « Nous avons confiance dans le peuple togolais pour prendre son destin en main et aussi pour faire son propre développement » […] « chaque peuple doit avoir confiance en lui, et ça vaut autant pour le Togo que tous les autres pays d’Afrique. Chaque peuple doit mobiliser toutes ses forces et tous ses atouts pour réussir ».

Ce que n’ont pas compris le président français et son premier ministre, enfermés dans leurs palais, très loin du peuple, du monde réel et des populations en souffrance, c’est qu’au Togo il existe des combattants défenseurs de la Liberté que manuel VALLS a choisi de rencontrer, presque en catimini, lors de son voyage en terre togolaise, car ils ne font pas partie de son monde.

Pour ceux-là : « La conscience citoyenne nous demande de changer le système. On ne négocie pas la liberté. » [ 23] Ils savent aussi que ceux qui font taire les médias, n’ont d’autre but que d’empêcher la manifestation de la vérité. Une fois celle-ci bâillonnée on s’approche dangereusement d’une société qui ne ressemble plus à la démocratie. Ce qui est déjà le cas au Togo !

Aussi le premier devoir du moment, pour l’ensemble des citoyen.ne.s et démocrates togolais est de soutenir sans appel l’initiative prise par les nombreuses organisations de la société civile qui appellent à s’opposer avec force et détermination à cette nouvelle forfaiture du pouvoir et de prendre toutes formes d’initiatives appropriées pour la réouverture, sans préalables ni conditions, de tous les médias togolais au-delà même du cas de La Chaine du Futur (LCF) et Radio City Fm. FF

François FABREGAT Journaliste Indépendant

12 février 2017. © Afrocentricity Think Tank.

--------------------------------------------------------------------

Notes:

Médiacratie est un terme relatif à l’importance de la maîtrise et du contrôle des moyens de communication par le gouvernement. L’usage du terme médiacratie est souvent utilisé relativement à l’influence des médias dans l’élaboration des convictions politiquesdes citoyens et à la suprématie des médias sur la politique. Il sous-entend une connivence entre le pouvoir politique et les médias conduisant une certaine forme de « néo-totalitarisme ». Les récentes décisions de la HAAC semblent confirmer ce néologisme. ↩
AMNESTY International : « Togo. Le retrait des fréquences de deux médias est une attaque contre la liberté d’expression », AMNESTY.org, 6 février 2017 : https://www.amnesty.org/fr/press-releases/2017/02/togo-le-retrait-des-frequences-de-deux-medias-est-une-attaque-contre-la-liberte-dexpression/ ↩
Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication : « COMMUNIQUE DE PRESSE N° 7 » : HAAC-Togo, 8août 2016 :http://www.haactogo.tg/wp-content/uploads/2016/08/COMMUNIQUE-DE-PRESSE.pdf, consulté le 10 février 2017 ↩
Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication : « COMMUNIQUE DE LA HAAC N° 10 », HAAC-Togo, 9septembre 2016 :http://www.haactogo.tg/wp-content/uploads/2016/09/num%C3%A9risation0029.jpg ↩
Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication : « COMMUNIQUE DE LA HAAC - Rappel aux médias retardataires », HAAC-Togo, 27 décembre 2016 : http://www.haactogo.tg/wp-content/uploads/2017/01/communiqu%C3%A9-de-la-HAAC.pdf.pdf , consulté le 10 février 2017 ↩
« Les ennemis de la liberté de presse au Togo : Sodja Sallah, le retraité mercenaire en mission barbouze à la Haac », L’ALTERNATIVE, publié par Icilome.com, 9 Février 2017, http://news.icilome.com/?idnews=833126&t=les-ennemis-de-la-liberte-de-presse-au-togo–sodja-sallah,-le-retraite-mercenaire-en-mission-barbouze-a-la-haac , consulté le 10 février 2017 ↩
Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication : « Règlement intérieur de la HAAC », HAAC-Togo, 31 octobre 2016, Lois et Règlements, http://www.haactogo.tg/?p=2696 , consulté le 10 février 2017 ↩
ANC-TOGO : « L’ANC dénonce la loi liberticide sur la HAAC », ANC Togo, 20 février 2013 : http://www.anctogo.com/lanc-denonce-la-loi-liberticide-sur-la-haac-9732, consulté le 10 février 2017 ↩
André ADAISSO : « Togo: deux médias privés interdits d’émission par la Haac », BENINWEBTV.com, 7 février 2017 : https://beninwebtv.com/2017/02/togo-deux-medias-prives-interdits-demission-haac/ – voir aussi « La lettre intégrale de Zeus Aziadouvo de la HAAC », in beninwebtv.com, 7 février 2017 : https://beninwebtv.com/2017/02/togo-deux-medias-prives-interdits-demission-haac/, consulté le 10 février 2017 ↩
Godwin TETE, « TOGO : LA CONFÉ RENCE NATIONALE SOUVERAINE (CNS) (JUILLET / AOÛT 1991) », CVU Togo Diaspora [En ligne] 8| 2013, mis en ligne le 08 Juillet 2013, consulté le 09 février 2017. URL : http://cvu-togo-diaspora.org/files/2013/03/Conference-Nationale-Souveraine.pdf, consulté le 10 février 2017 ↩
Brice RAMBAUD, « La presse écrite togolaise, acteur et témoin de l’ère Eyadéma (1967-2005) », Transcontinentales [En ligne], 2 | 2006, document 5, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 08 février 2017. URL : http://transcontinentales.revues.org/415, consulté le 10 février 2017 ↩
LeTogoVi : « Un coopérant militaire français menace un journaliste Togolais », LeTogoVi, Mise en ligne le 10 août 2010, https://www.youtube.com/watch?v=wcVvyhgu_2M, consulté le 10 février 2017 ↩
Ibid. ↩
Didier LEDOUX : « Togo. Cascade de procès contre la presse, la liberté en danger », L’Humanité.fr, 30 Août 2010 :http://www.humanite.fr/node/444658 , consulté le 10 février 2017 ↩
Fédération Internationale des Journalistes (FIDJ) : « La FIJ Condamne l’Agression d’un Photoreporter au Togo », NEWSPRESS, 6 juillet2012 : http://www.newspress.fr/Communique_FR_256135_2412.aspx, consulté le 10 février 2017 ↩
« Togo : le mensuel “La Nouvelle” interdit de parution par la HAAC », FRENCH. NEWS.Cn, 17 juillet 2012 : http://french.news.cn/afrique/2012-07/17/c_131721467.htm, consulté le 10 février 2017 ↩
I.K : « Liberté de presse en danger : Le confrère Robert Avotor de L’Alternative torturé par des gendarmes », ICILOME, 8 février 2017, http://news.icilome.com/?idnews=833094&t=liberte-de-presse-en-danger–le-confrere-robert-avotor-de-l-alternative-torture-par-des-gendarmes , consulté le 10 février 2017 ↩
Justin ANANI : TOGOVISIONS.com : « Affaire de 400.000Frs distribués à certains journalistes du privé : Pitang Tchalla confirme la forfaiture et parle de récompense pour « service rendu » », in Icilome.com, 5 Février 2017 : http://news.icilome.com/?idnews=833018&t=affaire-de-400.000frs-distribues-a-certains-journalistes-du-prive–pitang-tchalla-confirme-la-forfaiture-et-parle-de-recompense-pour-service-rendu-, consulté le 10 février 2017 ↩
Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication : « Communiqué relatif à l’aide de l’Etat à la presse », in haactogo.tg, 8 août 2016 : http://www.haactogo.tg/wp-content/uploads/2016/10/Communiqu%C3%A9-sur-laide-%C3%A0-la-presse-1.pdf, consulté le 10 février 2017 ↩
Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication : « Communiqué de la HAAC : Condamnation des dérives », in haactogo.tg, 3janvier 2017 : http://www.haactogo.tg/wp-content/uploads/2017/01/Communiqu%C3%A9-HAAC-2-janvier-2017.pdf , consulté le 10 février 2017 ↩
Claude AMEGANVI : « Claude Améganvi se félicite de la défaite de Manuel Valls au premier tour de la primaire en France », IciLome, 24 Janvier 2017, http://news.icilome.com/?idnews=832649&t=claude-ameganvi-se-felicite-de-la-defaite-de-manuel-valls-au-premier-tour-de-la-primaire-en-france, consulté le 10 février 2017 ↩
Bouvet, B. (2016). « Au plus bas dans les sondages, François Hollande se pose en rassembleur ». In Journal La Croix et AFP.12 novembre 2016. Consulté le 10 février 2017, voir http://www.la-croix.com/France/Politique/Au-plus-dans-sondages-Francois-Hollande-pose-rassembleur-2016-11-12-1200802607 ↩
« Me Apedo Amah a trouvé un nom au mal qui mine le Togo », TOGOTOPINFOS, le 6 février 2017, http://www.togotopinfos.com/2017/02/06/me-apedo-amah-a-trouve-un-nom-au-mal-qui-mine-le-togo/, consulté le 10 février 2017 ↩
Partager :
EmailImprimerTwitterFacebookGoogleLinkedInPlus
Autres Articles Pouvant Également Vous Intéresser :
FENÊTRE SUR L’AFRIQUE DU 11 FÉVRIER 2017
TOGO : COMMENT CONVAINCRE FAURE GNASSINGBE DE « TENIR » SES PROMESSES « NON-TENUES » ?
INTROSPECTION : POUR PRESERVER LA PAIX AU TOGO EN 2015, LES VŒUX SOUHAITABLES DE FAURE GNASSINGBE A LA NATION !
LA NOUVELLE GOUVERNANCE DE L’ALIGNEMENT DE FAURE GNASSINGBÉ : La carotte et le bâton pour pérenniser l’indifférence et la fatalité au Togo
ANNULATION DES PRESIDENTIELLES DU 25 AVRIL 2015 AU TOGO : Illégalité de la proclamation et falsification des résultats provisoires

LynxTogo

Top Desktop version