LynxTogo.info

LynxTogo

« Je suis la preuve concrète que l'impérialisme, ça existe encore » / Laurent Gbagbo contre la Françafrique (#Michel Collon Conférence du 22 avril)

L'histoire d'une falsification & la falsification de l'Histoire
Il y a 6 ans, Laurent Gbagbo était envoyé à la Haye par le pouvoir actuel de Côte d'Ivoire avec la complicité de la France. Charles Blé Goudé, son ministre de la jeunesse, l'a ensuite rejoint en mars 2014. Pourquoi l'ancien pays colonisateur s'est-il retrouvé au cœur d'une histoire qui ne le regardait, a priori, pas ? Quelle logique a poussé la France à vouloir déporter des dirigeants d'un pays si éloigné géographiquement ? Imagine-ton Laurent Gbagbo s'immiscer dans l'élection présidentielle française et sommer le vainqueur annoncé de se retirer ?

Le procès pour crimes contre l'humanité, entre autres chefs d'accusations, contre les deux hommes a débuté le 28 janvier 2016 si loin des terres d'Afrique, presque dans l'ombre comme pour cacher les raisons profondes d'une mise à l'écart nécessaire. A Paris, le 22 avril, une conférence intitulée « Gbagbo contre la Françafrique », menée sur la base d'une commission d'enquête, a mis à jour cette logique de descente aux enfers. Pendant plus de quatre heures, le conférencier Michel Collon, journaliste à Investig'Action et spécialiste des media mensonges, a détricoté avec seize témoins majeurs les mensonges inhérents à l'éviction d'un président dérangeant.

Il a mis en exergue l'incroyable communication qui a accompagné la mise sur orbite d'Alassane Dramane Ouattara, le poulain de la France, pays où la peur de voir Gbagbo changer le rapport de force a tétanisé les opérateurs économiques. Il n'y avait qu'une solution pour se débarrasser de l'intrus : pointer la dérive d'un pouvoir autocratique, dictatorial, capable de tuer ses enfants sur des bases ethniques notamment. Sans aucune preuve, jamais. Mais sur la foi de témoignages relayés à l'envi, souvent en off, par des diplomates via la presse internationale.

Le message inoculé dans les médias devait donner aux actions déstabilisatrices le poids de la légitimité. C'était le rôle d'acteurs clés de la Françafrique, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Nicolas Sarkozy, Michelle Alliot Marie et leurs relais africains qui, dès l'élection de Laurent Gabgbo en 2000, ont tenté de casser le pouvoir né des urnes, de le salir pour ensuite le réduire au silence. L'opération s'est déroulée sans grande difficulté dans un silence assourdissant.

Michel Collon est ainsi revenu à la source et a mis en évidence les déviances des discours et des actes, le long cheminement vers les bombardements de la résidence présidentielle en avril 2010, ce clap de fin si longtemps attendu à Paris.

Collon a interrogé des acteurs de cette guerre de la France contre le régime Gbagbo qui ne dit pas son nom. Il a tenté de cerner les responsabilités, d'entrer dans les interstices de la propagande pour comprendre au mieux les raisons d'une telle mise en abîme de la Côte d'Ivoire. Certains étaient proches de Gbagbo comme son ancienne ministre de la santé Clothilde Ohouochi, d'autres, à première vue, très éloignés à l'image de Georges Peillon, le chef de presse de la force Licorne (nom des troupes françaises basées en Côte d'Ivoire). Son témoignage, édifiant, a révélé en creux le rôle de la France depuis l'arrivée de la rébellion en septembre 2002. Bernard Houdin, premier intervenant de l'après-midi, conseiller spécial de Laurent Gbagbo, est parti d'un constat simple basé sur les chiffres officiels donnés par l'ONU et la commission indépendante électorale aux mains de l'opposition politique ivoirienne : 600000 voix ont été ajoutées entre le lundi et le jeudi pour permettre un hold-up électoral en 2010 et assurer un succès facile.

Ensuite, tout s'est enchaîné très rapidement avec la demande express de Nicolas Sarkozy de laisser quelques jours à Gbagbo pour quitter le pouvoir. Le président français a d'abord mis en place un embargo, notamment sur les médicaments, fermé les banques liées à l'hexagone, comme le rappellent des intervenants, et, enfin, bombardé pour en terminer avec cet homme africain qui ose défier les autorités de l'ancienne colonie.

Les dépositions se sont accumulées pour expliquer le rôle de la France dans cette déstabilisation, comme celle de Clothilde Ohouochi qui a expliqué comment l'ambassadeur de France a tenté à plusieurs reprises d'empêcher la mise en place de l'assurance maladie universelle au début des années 2 000, cette sécurité sociale espérée depuis ses années de lutte dans l'opposition par Laurent Gbagbo. « Plusieurs fois, il est venu me voir pour me décourager de le faire car ça mettait en péril les sociétés françaises d'assurances sur place », explique celle qui est aujourd'hui contrainte à l'exil.

Gbagbo faisait peur à l'establishment français local convaincu que son leadership se traduirait par une remise en cause des avantages coloniaux.

Il était évidemment impossible de mettre en place un tel plan sur le long terme sans posséder l'information, outil essentiel de la propagande. C'est ainsi que Théophile Kouamouo a raconté comment le Monde, journal pour lequel il était le correspondant en Côte d'Ivoire, avait décidé de changer le sens de ses articles dès septembre 2002 quand la rébellion a tenté de prendre le pouvoir en coupant le pays en deux, un Nord aux mains de rebelles et un Sud tenu par le président élu. Ce jeune journaliste, qui rêvait de ce poste depuis sa sortie de la prestigieuse école de Lille, a dû démissionner pour ne pas voir sa plume trahie par des metteurs en scène parisiens dont Stephen Smith, son chef, alors considéré comme le spécialiste des affaires africaines en Europe. D'où provenaient ces informations déformées de Stephen Smith ?

Tel était le point de départ d'un long processus d'étouffement de la réalité, de la vérité. Il a fallu ensuite huit années et une élection pour sceller le sort d'un leader politique isolé à l'extérieur mais renforcé à l'intérieur. Georges Peillon dit lui-même que la force Licorne avait donné aux « politiques » des plans d'attaque des bases des rebelles. « En quelques jours, c'était réglé », dit-il en substance mais Michelle Alliot-Marie, la ministre de la Défense, a refusé de l'actionner. Pourquoi ? Peillon laisse l'auditoire se faire une idée mais il a préféré depuis démissionner de son poste…

Il était évidemment impossible de mettre en place un tel plan sur le long terme sans posséder l'information, outil essentiel de la propagande. C'est ainsi que Théophile Kouamouo a raconté comment le Monde, journal pour lequel il était le correspondant en Côte d'Ivoire, avait décidé de changer le sens de ses articles dès septembre 2002 quand la rébellion a tenté de prendre le pouvoir en coupant le pays en deux, un Nord aux mains de rebelles et un Sud tenu par le président élu. Ce jeune journaliste, qui rêvait de ce poste depuis sa sortie de la prestigieuse école de Lille, a dû démissionner pour ne pas voir sa plume trahie par des metteurs en scène parisiens dont Stephen Smith, son chef, alors considéré comme le spécialiste des affaires africaines en Europe. D'où provenaient ces informations déformées de Stephen Smith ?

Le point d'orgue aura été le bombardement de Bouaké en 2004 imputé à Laurent Gbagbo qui est aujourd'hui disculpé par les mêmes sources militaires. La lumière a jailli au fil de cette commission d'enquête qui a su rassembler d'éminentes personnalités allant de Ahoua Don Mello ancien ministre de Laurent Gbagbo, exilé politique au Ghana, à Guy Labertit, l'ami lors de l'exil de Gbagbo en France et adjoint au maire de Vitry, Bernard Genet, Bernard Houdin, Balou Bi, Professeur de l'Université d'Abidjan aujourd'hui exilé, Habiba Touré, avocat de Simone Gbagbo, Seed Zehe, avocat à la cour d'Auxerre, François Mattei, ancien journaliste à France-Soir, Albert Bourgi, professeur de droit international, Zokou Séri, avocat membre du conseil de défense à la CPI dans l'affaire Gbagbo/Blé Goudé contre le procureur, Mathilde Thépault professeur de français présidente de l'association Halte aux Génocides Mémoire et justice (HGMJ), Robert Charvin, professeur émérite de droit international.

Pour Bernard Genet, militant des droits de l'homme et de la souveraineté des Etats, le renversement découle de la vision politique de Laurent Gbagbo considéré comme un dangereux panafricaniste qui exigeait dès ses premiers écrits sur le traité de Brazzaville une vraie indépendance pour les anciennes colonies. « Je suis la preuve concrète que l'impérialisme, ça existe encore », a ainsi glissé Gbagbo à Guy Labertit lors de l'une de ses visites à la Haye.

Maître Habiba Touré a tonné : « Il y a les bonnes victimes et les mauvaises victimes. Personne (du pouvoir) n'a été poursuivi à la CPI alors que nous recensons 4000 victimes officielles. Le sentiment d'impunité est la norme en Côte d'Ivoire. Il y a des bourreaux qui ont égorgé des gens et ont utilisé les suppliques de leurs victimes comme sonneries de téléphone ! On se refuse de leur rendre justice… »

Les moments les plus sombres de cette guerre contre la Côte d'Ivoire ont été abordés, comme ces exterminations commises par les rebelles, dénoncées par certaines associations des droits de l'homme comme Amnesty International et HGMJ entre autres mais qui ont pourtant été étouffées par les autorités françaises et ivoiriennes. Maître Seed Zehe et Mathilde Thépault sont ainsi intervenus pour parler de cet ouest ivoirien détruit, de ces massacres de la communauté Wé dont ils sont membres, sous le regard quasi complice de l'ONU. Mathilde Thépault a consigné méticuleusement les noms de ces victimes. Maître Habiba Touré a tonné : « Il y a les bonnes victimes et les mauvaises victimes. Personne (du pouvoir) n'a été poursuivi à la CPI alors que nous recensons 4000 victimes officielles. Le sentiment d'impunité est la norme en Côte d'Ivoire. Il y a des bourreaux qui ont égorgé des gens et ont utilisé les suppliques de leurs victimes comme sonneries de téléphone ! On se refuse de leur rendre justice… »

En une après-midi, Michel Collon a permis d'éclairer l'histoire douloureuse récente de la Côte d'Ivoire et la puissance destructrice des réseaux françafricains résolus à se débarrasser d'un gêneur. Et à l'envoyer devant la CPI, « cette justice politique d'exception » comme l'a résumé le professeur d'université Robert Charvin.

En une après-midi, Michel Collon a permis d'éclairer l'histoire douloureuse récente de la Côte d'Ivoire et la puissance destructrice des réseaux françafricains résolus à se débarrasser d'un gêneur. Et à l'envoyer devant la CPI, « cette justice politique d'exception » comme l'a résumé le professeur d'université Robert Charvin. Une CPI où se déroule un procès avec des témoins à charge qui à la surprise générale vont souvent à l'encontre des arguments d'un procureur parfois désemparé. Maître Séri Zokou, avocat de Charles Blé Goudé à la Haye, a même assuré : « Nous faisons le pari que nous n'aurons pas à présenter nos témoins ». Tant le dossier est vide. La commission d'enquête de Michel Collon a permis de comprendre les enjeux d'un nouvel épisode de la triste histoire de la Françafrique, une histoire si souvent falsifiée...

Justine Okimi


 

 

LynxTogo

Top Desktop version